Mercredi 3 octobre

Mac Orlan, Brest

19h
Tarif unique : 10€ ou Pass Becquée

Bibi Ha Bibi

Aloun Marchal (France) / Henrique Furtado (France, Portugal)
Durée : 50 min
Chorégraphie : Henrique Furtado, Aloun Marchal
Interprétation : Henrique Furtado, Aloun Marchal
Son : Jerzy Bielski
Lumière : Eduardo Abdala
Dramaturgie : Céline Cartillier
Scénographie : Camille Rosa
Production : Siège (FR) et Possibilitas (SE)

Coproductions : La Place de la Danse CDCN Toulouse / Occitanie (Toulouse, FR) dans le cadre du projet [DNA] Departures and Arrivals cofinancé par le programme Europe Créative de l’Union Européenne, Le Festival de Danse et Théâtre de Göteborg (Göteborg, SE), Atalante (Göteborg, SE)

Face à face, dans une proximité à la fois complice et provocatrice, Aloun Marchal et Henrique Furtado explorent des mouvements et des sons aux registres détonants, de la lutte aux jeux d’enfants les plus taquins, des borborygmes aux chansons douces, de la simple expiration au cri bestial. Des mécanismes évolutifs les emmènent toujours plus loin, laissant les corps se désarticuler et les gorges se déployer. Le pas de deux glisse de la violence réglementée au plaisir de la sensualité, qui reposent tous deux sur l’écoute, le mimétisme et l’échange des mouvements.

20h30
Billetterie Quartz, Pass Mac Orlan ou Pass Becquée

Ose

à partir de 10 ans

Chloé Moglia (France)
Durée : 1h
Chorégraphie : Chloé Moglia
Interprètation : Carla Farreny Jimenez, Viivi Roiha et Kamma Rosenbeck
Son : Alain Mahé
Lumière : Eric Blosse
Costumes : Myriam Rault
Direction Technique : Pierre Richard
Régie Plateau : Philippe Marie
Régie Tournée / Communication : Virginie Cartier
Gestion : Isabelle Van Daele
Administration / Production : Laurence Edelin puis Les Productrices Associées
Photos : Jean-Christophe Bordier
Production : Rhizome

Chloé Moglia, trapéziste virtuose, invente une respiration hors du monde pour trois femmes en suspension qui tiennent le public en haleine. Suspendues à cinq mètres du sol, elles partagent le même câble qui le retient dans le vide, apprivoisant les dimensions d’un monde qui les dépasse, cheminant sur des cimes inexplorées dans une chorégraphie onirique où l’on s’attire et se repousse, où force et douceur se mêlent et où le temps semble être en suspens.